Dr Dr Margriet Hoogvliet

Nationalité
Netherlands
Domaine scientifique
Période
juin, 2019 - juin, 2020

LE STUDIUM / Marie Skłodowska-Curie Research Fellow

Établissement d'origine

Département d'Histoire de la Littérature en Europe pré-moderne, Université de Groningue - NL

Laboratoire d'accueil

CESR (Centre d'Études Supérieures de la Renaissance) / CNRS, Université de Tours - FR

Hôte scientifique

Prof. Chiara Lastriaoli

PROJET

Des "lieux de savoir" religieux à Tours et Orléans pendant l'époque prémoderne: une étude sociale et spatiale des lectures religieuses en français (c. 1450-c. 1550)

Est-ce que "le Français moyen" de l’époque prémoderne d’avant la Réforme et vivant dans une ville, était analphabète et totalement ignorant en ce qui concerne des sujets religieux? Peut-on parler d’une “exception française” déjà à cette époque? Ce projet de recherche a l’intention de démontrer qu’avant environ 1550 de nombreux habitants de villes “moyennes” comme Tours et Orléans étaient alphabétisés et qu’ils avaient accès à des textes religieux en français. Des documents anciens de plusieurs siècles conservés dans les archives, ainsi que des livres manuscrits et imprimés fourniront des données concernant la grande variété de statuts sociaux des lecteurs, allant d’un “caucheteur” (fabricant de chausses) à Orléans aux marchands et juristes fortunés. La recherche s’occupera aussi de la dissémination de textes dans des réseaux sociaux auxquels participaient les lecteurs. Un deuxième approche sera l’étude des lectures à partir d’une approche spatiale: Qu’est-ce qui arrive à la maison privée ou un atelier d’artisan quand ceux-ci deviennent également des espaces de lectures religieuses? On étudiera également des pratiques de lecture, des livres et des collections de textes comme des “lieux de savoir” où des savoirs étaient créés, conservés, consultés ou disséminés. Les sources historiques permettent souvent de reporter ces lieux de savoir sur des cartes de Tours et Orléans pendant l’époque prémoderne. Une analyse plus profonde en utilisant des Systèmes d’Information Géographique (SIG) permettra de tirer de conclusions plus précises concernant des concentrations et l’accessibilité. Les résultats de la recherche permettront de démontrer que les lectures religieuses des laïcs dans la France prémoderne avaient beaucoup de points en commun avec les autres régions européennes. 

Events organised by this fellow

Publications in relation with the research project

Final reports

Margriet Hoogvliet
Chiara Lastraioli
:
Télécharger le PDF Link to the publication

The research has shown to that up to ca. 1550 many of the inhabitants of “average” French towns as Tours and Orléans were literate and that they did have access to religious texts in French, contrarily to ideas regularly expressed in historical scholarship. Archival documents, as well as surviving handwritten texts and printed books have provided information about the wide range of social backgrounds of the readers, from stocking makers in Tours and Orléans, the grandson of Gaultiere who ran the public baths in Tours, to well-off merchants and lawyers. Next to books and their owners, the research has resulted in evidence about the presence and location of libraries, open access texts and books, booksellers and printers. Furthermore, an inventory of a book collection (probably a bookshop) with more than 276 books in French in Tours has given much data about textual cultures and reading interests. The historical data often allow plotting these “lieux de savoir” on historical maps of premodern Tours and Orléans. Further analysis of places of religious knowledge by making use of computerised Geographical Information Systems allow for more refined conclusions about concentrations (near religious institutions and schools) and accessibility (in the heart of urban life). The project has already resulted in one accepted peer-reviewed publication; two other articles and a collection of articles in open access, authored by specialists in the field, are in preparation.