Évaluation du risque d'agression sexuelle : ajustement psychologique, déterminants neuropsychologiques et psychiatriques

La violence sexuelle est un problème de santé publique majeur et croissant dans le monde entier. D'une manière générale, les infractions sexuelles sont définies comme des crimes à caractère sexuel, y compris le viol, la brutalité, le harcèlement sexuel et la production ou la distribution de matériel pornographique. Les faits montrent que la violence sexuelle n'est pas inévitable, mais qu'elle peut être évitée grâce à des approches qui ont démontré des effets mesurables sur la réduction des agressions sexuelles, y compris la récidive. Ce grave problème de santé publique comporte des facteurs de risque et des points d'intervention empiriques et quantifiables et, surtout, peut être évité.

Les efforts de prévention des délits sexuels doivent être hautement multidisciplinaires et inclusifs au-delà des domaines traditionnels de la santé ; se concentrer sur les vulnérabilités psychologiques et neuropsychologiques ; et recourir au partenariat et à la coopération mondiale. Une meilleure compréhension des différents déterminants de l'agression sexuelle est un sujet de recherche important, et la participation à la détection et à l'intervention précoces des personnes à risque d'adopter un comportement sexuel abusif est une priorité clé. Une évaluation efficace des délinquants sexuels est nécessaire pour réduire l'impact sociétal des crimes sexuels et pour évaluer le niveau de préjudice causé aux victimes.

La mission du Consortium est de faire progresser les connaissances sur les vulnérabilités psychiatriques, psychologiques et neuropsychologiques et leur évaluation tant pour (i) la prévision des agressions sexuelles que pour (ii) le risque de récidive des délinquants sexuels. Plus largement, le Consortium vise à promouvoir l'échange international de connaissances et un réseau international de recherche.

Le Consortium de recherche sur l'évaluation du risque d'agression sexuelle (ARSA) est composé de cinq membres principaux et de deux collaborateurs travaillant dans six institutions situées dans différentes régions du monde (France, Belgique, Canada et Royaume-Uni). Tous les membres de l'équipe étrangère ont de solides antécédents de réalisations en tant que chercheurs appliqués dans le domaine. L'objectif principal du Consortium est d'étudier la capacité des facteurs individuels (mode de vie, distorsions cognitives, personnalité, facteurs neuropsychologiques et psychiatriques) à prévoir les agressions sexuelles et la récidive des infractions sexuelles. Le Consortium vise à identifier les facteurs d'agression sexuelle appuyés empiriquement afin de développer des modèles de prédiction (risques prédictifs et facteurs de protection) et de fournir des lignes directrices pour les programmes de prévention. Pour atteindre ces objectifs, elle mobilise une équipe multidisciplinaire aux compétences complémentaires. Les chercheurs français sont désireux de rattraper leur retard dans ce domaine et de comparer les données qu'ils collectent avec les données internationales. Tous les membres du Consortium souhaitent développer un projet de recherche commun afin de répondre à un appel d'offres français tel que l'ANR (Agence Nationale de la Recherche) ou international (européen ou canadien-français).

Après avoir examiné la documentation et recueilli des données sur les délinquants sexuels, le Consortium élaborera un cadre d'évaluation du risque d'agression sexuelle et proposera un ensemble de lignes directrices pratiques pour la recherche et la pratique professionnelle dans ce domaine. Un autre objectif du Consortium est de stimuler la recherche intellectuelle et d'établir des partenariats de recherche.

Members of the consortium

Dr Robert Courtois
Prof. Thierry Pham
Prof. Jean-Pierre Guay
Prof. Christian Joyal
Prof. Stephane De Brito
Prof. Philippe Allain
Dr Catherine Potard